flutiste

Danièle Greiner - flûte traversière, piccolo

À quel âge as-tu commencé la musique ? Quel était ton premier instrument et pourquoi l’as-tu choisi ?

J’ai commencé à étudier la musique à l’âge de 11ans. Mon instrument était et est toujours la flûte traversière, que j’ai débuté un an plus tard.

Au départ je voulais jouer du hautbois, mais à l’époque en 1971, il n’y avait pas encore de classe de hautbois au conservatoire de Colmar. C’est avec l’aide de Monsieur Albert Zeh, qui était si l’on veut, mon tuteur de musique, que j’ai découvert la flûte traversière et surtout le professeur qui l’enseignait. Il m’a, après un premier essai, tout de suite acceptée dans sa classe. Je dois avouer que je venais de découvrir cet instrument que je ne connaissais pas du tout. Après tout, peu importait, à partir du moment où je pouvais apprendre à jouer de la musique !

Pour moi s’ouvrait une porte que je n’ai pour l’instant pas refermée, une porte qui m’a emportée dans autre monde, une nouvelle famille ; pour moi cela a été salutaire.

 

Que fais-tu dans la vie ? Quelles sont tes passions en dehors de la musique ?

J’enseigne la pratique de la flûte traversière, en d’autres mots :  Professeur de flûte (en toute modestie). J’adore les longues promenades.

 

Quel est ton style de musique préférée ? Quels artistes écoutes-tu le plus ?

A vrai dire,  il n’y a pas vraiment de style de musique que je préfère. Cela peut aller de la musique de la renaissance au rap en passant par le jazz, à partir du moment où celle-ci va me toucher, me bouleverser, m’accrocher, me faire dresser les poils …

Après, il y a les musiques qu’on joue et celles que l’on écoute. Il m’arrive de préférer jouer certains styles plutôt que de les écouter, par exemple la musique contemporaine ou les opéras.

Plus jeune j’étais transportée par les musiques de Rachmaninov, Tchaikovsky, Khatchatourian, mais également de Pink Floyd, les Beatles, Police, Supertramp, plus tard et aujourd’hui encore, par la 7ème et la 9ème symphonie de Beethoven, l’Andante en Ut de Mozart, son Requiem ainsi que celui de Verdi, La mer de Debussy, La valse de Maurice Ravel, Verdi, Bach, Brahms, et tant d’autres encore… Je suis relativement ouverte.

J’aime écouter James Gallway, Barbara Streisand, Christine and the Queens, Jacques Brel, Clara Luciani, Khatia Buniatishvili.

 

Depuis combien de temps fais-tu partie de l’Harmonie Colmarienne ? Quel est ton meilleur souvenir avec l’ensemble ?

Je suis musicienne à l’harmonie depuis 1976 donc cela fait 45 ans… de le voir écrit ça fait pas mal d’année. Mes meilleurs souvenirs sont, d’avoir joué « Jésus Christ Super Star » et d’avoir participé à l’émission « Les Musiciens du soir ».

Pour conclure,  l’harmonie fait partie de ma vie car j’y ai rencontré mon mari et cela va faire 36 ans que sa dure…

 

Dans votre rapport avec l’association, qu’est-ce qui vous manque le plus depuis l’arrêt des répétitions liés à la crise sanitaire ?

La rencontre avec les collègues musiciens, de jouer ensemble, (de taquiner le chef), de papoter, évidemment après la répétition, d’entendre «le son« d’un ensemble.